À la Une Sécurité DRC

RDC: “Plusieurs congolais fuient l’insécurité et traversent kasumbalesa pour la Zambie”, Clément Mitonga

La recrudescence de l’insécurité renforce la vulnérabilité de la population à la frontière entre la zambie et la RDC. Nombreuses personnes, pour leur sécurité passent de temps à solliciter leur traverser vers la zambie pour se sauver de la mort. Et pour rechercher une solution, la société civile de Kasumbalesa a plaidé au près des autorités pour un renforcement de confiance entre les services de sécurité et la population.

L’insécurité enregistré ces derniers jours dans la ville frontalière de Kasumbalesa oblige certaines personnes à quitter leurs milieux. Selon la société civile locale, plusieurs familles se sont réfugiées en Zambie voisine. Cette structure à travers le cadre de concertation s’engage à collaborer avec les services de sécurité, en leur fournissant des informations pour mettre fin à cette criminalité qui prend de l’ampleur dans cette partie du pays.

« Ces derniers temps, la population de Kasumbalesa quitte leur quartier, leur ville, pour se déplacer en Zambie, à la suite de cas d’insécurité. Nous assistons à des cas de viol, de vol et même de tuerie. Il y a certains qui font des activités du côté Zambie. La nuit, ils sollicitent des hôtels même des maisons des connaissances pour passer la nuit », a expliqué le président du cadre de concertation, Clément Mitonga.

Toujours dans le but de combattre cette montée de la criminalité, la société civile de Kasumbalesa a entrepris des rencontres avec les autorités locales. Clément Mitonga soutient qu’il faut rétablir la confiance entre la population et les services de sécurité pour arriver aux résultats escomptés :

« Nous avons parlé avec certaines forces vives de la place. Quand nous sommes allés à la rencontre de l’autorité, maire de la ville, nous nous sommes mis ensemble. La société civile, les chefs des quartiers, les chefs des rue, chefs d’avenues et consort doivent se mettre au niveau du comité local de protection pour faire face à cette situation ».

Moma fataki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *