À la Une Sécurité DRC Société DRC

Beni : La vie commence à reprendre sur la route Mbau-Kamango après plus de 3 ans de fermeture suite aux multiples attaques des rebelles ADF (reportage)

La population n’attend que le feu vert de l’armée pour reprendre le trafic sur la route Mbau-Kamango, en territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu. Cette route reliant la RDC aux pays de l’Afrique de l’Est par sa frontière avec l’Ouganda, était fermée depuis plus de 3 ans suite aux attaques meurtrières répétitives, attribuées au groupe armé ougandais de force démocratiques alliées (ADF). 

Les populations des villages situés sur cette route commencent à reprendre leurs activités, après que l’armée congolaise aie y déloger les assaillants. À partir de Mbau, la route est quasiment déserte et plusieurs maisons sont encore inhabitées. On peut parcourir plus d’un kilomètre sans rencontrer des civils, à part les militaires de forces armées de la RDC basés à des positions implantées le long de la cette route. 

Après une distance d’au moins 20 kilomètres en allant vers Kamango, c’est le village PK 20. Ici, les maisons semblent concentrées à côté des militaires FARDC qui assurent la garde des civils. Ces derniers commencent à accéder à leurs champs sans crainte, mais sans aller dans la profondeur.

« Nous commençons à faire nos activités comme au paravent. Dernièrement, nous étions enfermés ici, les motards qui passaient tombaient dans des embuscades des ADF en cours de route mais actuellement, ils passent facilement. Nous remercions l’armée d’avoir déloger ces assaillants…» ont déclarés certaines personnes rencontrés dans le village PK 20.

Au PK 25, les civils ne sont plus visibles, des positions des militaires congolais sont renforcées le long de la route. Du camp militaire de Semuliki (où étaient tués une dizaine de contingents tanzaniens de la Monusco en 2017) à Kamango dans la chefferie de watalinga, c’est une forêt de plus de 40 kilomètres qui a déjà envahie la route. La population de cette chefferie salue les efforts de l’armée pour la traque des assaillants, présumés auteurs des tueries sur cette route depuis belle lurette et attend impatiemment le mot d’ordre des autorités pour reprendre le trafic.

    Camp militaire UN de Semuliki (où étaient tués une dizaine de contingents tanzaniens de la Monusco en 2017) Photo : Delphin Mupanda

    « Nous voulons que cette route soit recouverte parce que nous étions presque coupé de la RDC. C’était à cause de la guerre entretenue par les ADF. Nous voulons que la paix revienne car nous sommes fatigués de nous déplacer à tout moment…» a dit un homme, trouvé au marché de Nobili.

    La route Mbau-Kamango est fermée depuis plus de 3 ans suite aux multiples attaques meurtrières attribuées au groupe armé ADF, actif dans la région de Beni depuis plus de deux décennies. Sur cette route, 26 civils étaient tués par armes blanches et à feu en 2016 ; et 15 militaires tanzanien de la brigade de force internationale (FIB) de la mission onusienne à Semuliki. Cette base militaire, située à près de 50 kilomètres à l’est de Mbau était occupée par les ADF Jusqu’à ce qu’ils ont été délogés par les militaires commandos des Fardc qui la contrôle actuellement.

    Delphin Mupanda

      103

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *