À la Une Culture Culture DRC Société DRC

Nord-Kivu : La 7ème édition du Festival Amani débute par un fiasco

Les trois jours des danses et des chants pour la paix viennent de débuter ce vendredi à Goma, visiblement les 12 000 festivaliers attendus n’ont pas été au rendez-vous. Dans l’enceinte du collège Mwanga des stands des partenaires du festival sont visibles, des artistes se sont suivis, l’un après l’autre, sur le podium du festival . Un bémol, plusieurs festivaliers disent ne pas comprendre le manque d’engouement pour cette édition, explique Alfa Isango un des festivaliers.

De passage dans cette messe culturelle, Le gouverneur de province Carly Nzanzu Kasivita a appelé la population à venir appuyer les victimes de la guerre en contribuant avec un montant de 1 dollars. Tout de même, le gouverneur de province a ému le voeu de voir les organisateurs de ce festival prendre le temps d’évaluer les résultats de cette activité .

Des mouvements citoyens dont la LUCHA RDC-AFRIQUE, le MNC, JAD-A et FILIMBI ont manifesté contre la tenue de ce festival à Goma. Pour eux, le festival devrait être délocalisé à Beni ou dans les régions en insécurité.
Déjà le matin de ce vendredi, jour du lancement de cette activité culturelle, la police a dispersé les militants du Mouvement National des Congolais (MNC) à tirs de gaz lacrymogènes.

Bien que dispersés, ces jeunes ont tous réussi à s’acheter les billets du festival pour qu’ils manifestent à l’intérieur même de l’enceinte du festival; bien qu’ils ont appelé pendant plus d’une semaine au boycott du Festival. “Nous avons demandé aux organisateurs du festival Amani de pouvoir de localiser le festival de Goma à Béni et ils nous ont rassuré qu’à la prochaine occasion ils vont délocaliser le festival de Goma à Beni“a dit Erick Bwana-Pua leader du Mouvement National de Congolais.

Il justifie leur participation au au Festival comme une stratégie prise pour faire leur entendre leur voix aux festivaliers et artistes venus de partout au monde. “Nous sommes ici pour montrer à la face du monde qu’aujourd’hui c’est la septième édition du festival et on a jamais vu un changement ,au contraire les choses sont en train de s’empirer. Il y a insécurité à Goma et une insécurité grandissante dans tous les territoires de la province“, disent les manifestants. Nous avons des doutes que la police saura sécuriser les festivaliers lorsqu’il rentreront chez eux ce soir parce que, affirme-t-ils, c’est possible que par malheur il leur arrive quelque chose.

“Nous demandons d’ailleurs au gouvernement et à la police de sécuriser la ville pour qu’il n’y ait pas des casses. Si nous sommes venus ici c’est pour montrer à la face du monde que nous voulons la paix et nous ne demandons que la paix à Goma et partout Nord-Kivu; surtout à béni” a conclut Erick Bwana-Pua, leader du mouvement citoyen Mouvement National des Congolais .

Rappelons que débutée ce vendredi 14 février, cette septième édition du festival Amani a connu des manifestations pacifiques des mouvements citoyens qui insistent sur la délocalisation de cet événement.

Lyliane Sharanguza

    16

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *