À la Une Sécurité DRC

Ituri: L’ong CEPADHO dénombre 30 cas de tuerie de civils par les ADF dans trois groupements du territoire de Mambassa.

L’ong CEPADHO à travers son bulletin d’information rendu public en date du 09 février 2020 annonce qu’au moins 30 civils ont été massacrés par les ADF dans trois groupements du territoire de Mambassa, en province de l’Ituri. Il s’agit des groupements MAMBEMBE-BELLA, BANGOLE et MAKEKE en Chefferie des BABILA-BABOMBI. Les civils y ont été massacrés, pour la plupart dans leurs champs.

A en croire les données consolidées par le CEPADHO; Vendredi 07 février courant: 8 civils ont été sauvagement égorgés par les Terroristes islamistes ADF/MTM dans le village SIBE, en localité de MAKUSA, dans le Groupement MAMBEMBE-BELLA. 5 parmi eux ont été formellement identifiés comme étant des habitants de la Commune rurale de MANGINA/Territoire de BENI, en province voisine du NORD-KIVU. Toutes les victimes étaient des cultivateurs surpris dans leurs champs par les Jihadhistes. Leurs corps ont été levés par les militaires FARDC jusqu’à la salle des morts de MANGINA, avant leur leur enterrement samedi denier (7corps) et ce dimanche (1corps);

Samedi 08 février: 12 civils ont été massacrés dans la même localité de MAKUSA, en Groupement MAMBEMBE-BELLA. Parmi eux, 8 ont été tués dans le village de CENTRALE. Pour l’instant, leurs corps ne sont pas encore levés. Toujours le samedi 08 février, 3 civils ont été massacrés par les mêmes Terroristes dans le village TOKO-TOKO, en Groupement des BANGOLE. Ils seraient aussi retrouvés dans leurs champs par les ADF/MTM en errance dans la contrée;

Dimanche 09 février: 7 civils ont été massacrés à MAKEKE, Chef-lieu du Groupement de même nom (30km-ouest de la Ville de BENI). Ce carnage a été perpétré vers 15h00 locale, à la suite d’une incursion dans le Quartier KANZULINZULI.
Les assaillants ont d’abord investi les banlieues du Quartier, tuant à la manchette et sans bruits 3 Femmes et 4 hommes. Après ce coup, ces Terroristes ont infiltré un de leurs éclaireurs au coeur du Quartier. Tellement il y avait encore des traces du sang humain sur ce dernier, il s’est fait soupçonné par les habitants qui en ont alerté la Police. La Police a mis la main sur lui. Son interrogatoire à peine débuté, un groupe de Combattants ADF ont fait irruption à la position de la Police, tirant dans tous le sens, semant la confusion, la panique et la désolation en vue de libérer le leur. Ils ont réussi, les Policiers et les habitants présents ont été tous en débandade, laissant derrière eux le capturé qui a rejoint sa bande. Avec leur compagnon libéré des griffes de la Police, les jihadhistes se sont frayés leur chemin en direction des Villages MUNUNZE-NGOYO (à l’ouest du Territoire de BENI/Nord-Kivu), en passant par la colline KYANYAMA. Les 7 corps tués à MAKEKE ont été levés ce soir et conduits à la salle des morts du Centre de Santé de MANGINA (Territoire de BENI, au Nord-Kivu voisin).

Suite à ces tueries, les populations de MAKUSA, MAKEKE, MANGINA et environs viennent de vider leurs milieux en direction de la Ville de BENI. Plus de 15 milles ménages, soit environs 150.000 déplacés viennent de sortir de cette contrée pour BENI. Si une bonne partie de déplacés sont concentrés dans les familles d’accueil (20 chez l’auteur de la présente publication), d’autres passent nuit à la belle étoile. Les Quartiers BUNZI, KANZULI, BUTSILI, KASANGA, TAMENDE et KALINDA de BENI sont ceux qui reçoivent en abondance les familles déplacées.

S’il faut ajouter au bilan de ces récents massacres, le nommé KASEREKA dont le corps en décomposition a été retrouvé ce dimanche à KAMATHALIO/MAMOVE, le CEPADHO réalise que le chiffre atteint 408, les civils massacrés par les ADF/MTM en représailles aux offensives de grande envergure lancées contre eux à BENI, depuis le 30 octobre 2019.

Le CEPADHO exhorte le Commandant du Secteur Opérationnel Sukola1 à nettoyer de fond à comble la partie ouest de la route nationale no.04 où ces Terroristes brillent par les attaques à répétition contre les civils.

Et, considérant la mobilité de ces tueurs, l’Organisation CEPADHO invite les FARDC à renforcer leur présence dans la Commune rurale de MANGINA jusqu’à NDALYA, en passant par les villages où les massacres ont été perpétrés dernièrement, pour barrer la progression des Terroristes vers les Territoires de MAMBASA et d’IRUMU ainsi que dans la partie ouest de la Ville de BENI.

    57

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *