À la Une Politique DRC

Nord-Kivu : “Que la Monusco nous construise des routes” Député National Hubert Furuguta

La Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République Démocratique du Congo , la Monusco,   devrait prévoir dans son budget annuel estimé à 1,5 milliards de dollars , la construction des routes dans certains coins stratégiques de la province du Nord-Kivu où la recrudescence de l’insécurité est devenue monnaie courante afin de permettre la mobilité, le déplacement , et l’accès des forces loyalistes aux zones très reculées pour des interventions militaires afin d’éradiquer l’insécurité. Cette demande est du député National Hubert Furuguta, élu de la ville de Goma.

Selon lui, les axes routiers qui conduisent vers les Territoires du Nord-Kivu, étant dans un état de délabrement très avancé, ne permettent pas un bon déroulement des interventions militaires à temps voulu suite à leur impraticabilité, c’est pourquoi toujours selon lui, la Monusco qui a la mission de maintien de la paix en RDC devrait prévoir dans son budget annuel , un montant réservé à la construction des routes et leur entretien afin qu’elle arrive pleinement à accomplir sa mission qui d’ailleurs concernent la province du Nord-Kivu en particulier ,où l’activisme des groupes armés n’est plus à démontrer.

“Moi je demande que la Monusco nous construire des routes, elle a assez des moyens pour le faire, ça permettra que l’accès dans les zones rouges soient débouché et facile, pour les interventions militaires en cas de nécessité ” a-t-il déclaré devant la presse de Goma.

Dans le cadre de son mandat renouvelé, la MONUSCO avait été priée de veiller à ce que l’appui fourni aux opérations menées par les forces de sécurité nationales, notamment sous la forme de rations ou de carburant, ne le soit  que dans le cadre d’opérations conjointes, planifiées et exécutés en commun . Cet appui devrait faire l’objet  d’un contrôle et d’un examen minutieux et soit strictement conforme à la politique de diligence voulue en matière de droits de l’homme  de l’ONU,  faute de quoi cet appui serait suspendu, avait prévenu le conseil de sécurité des Nations-Unies.

David LUPEMBA

    3

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *