À la Une Société DRC

Sud-Kivu : Les recherches se poursuivent pour retrouver les 3 chinois travaillants pour l’entreprise minière BLUE ANT

L’entreprise minière chinoise recherche ses trois travailleurs enlevés, le 21 novembre 2019 aux environs de 5 heures du matin. Suite à cette disparition, les habitants des villages environnants cette entreprise dirigée localement par monsieur Yu Yungtao ont fuient leurs habitations, au motif qu’ils sont traqués par les services de sécurité de la place, qui les soupçonnent d’être complices avec les ravisseurs de ces trois sujets chinois qui exploitaient de l’or dans leur entité sans avoir respecté au préalable le cahier de charge signé avec la communauté locale.

Les locaux demandent le retour du patron de l’entreprise BLEU ANT avec qui elle a signée le cahier de charge. Des sources proches de la compagnie BANRO, nous apprenons que cette concession exploitée présentement par les chinois appartient à LUGUSHA MINING, une filiale appartenant à BANRO. Cette dernière se prépare pour mener des actions contre l’entreprise BLUE ANT.

Yu Yungtao a fait part de son inquiétude sur la disparition de ses compatriotes chinois. La société minière cherche les informations sur l’endroit où se trouverait ses employés enlevés par les hommes en armes lors d’une attaque du site d’exploitation d’or de Kitumba à Matembo dans le groupement Bingilibazala chefferie de Wamuzimu en territoire de Mwenga.

Le silence qui plane depuis leur enlèvement inquiète déjà les responsables de la dite société et les familles des victimes. Ils s’inquiètent aussi à cause de l’arrestation du chef du groupement et la fuite de certains habitants du village qui devraient faciliter la recherche des otage.

Yu Yungtao demande l’implication des autorités du Sud-Kivu pour la libération des personnes arrêtées, la sécurisation du groupement de Bingilibazala et la recherche des ses compatriotes.

Le chef de groupement avait été arrêté pour raison d’enquête par la justice militaire et transféré à l’auditorat militaire de Bukavu. C’est ce qui fache la majorité de cette population qui a fuie les villages environnants le site minier qu’exploite cette compagnie minière car elle fait l’objet des menace des services de sécurité dans la région, append-t-on.

Selon les habitants de Kitumba, cette entreprise chinoise exploite illégalement le minerai et ne respecte pas le cahier de charge pour le développement du milieu conformément au code minier.

Monsieur YU relève quant à lui que sa société répond au cahier de charge signé avec le gouvernement provincial dans sa lettre N°493 / CAB/GOUPRO-SK/2018 pour le développement de la contrée.

Crispin Kyalangalilwa

    50

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *