Société DRC

Sud-Kivu : Les étudiants ont manifesté pour le retour de la paix à l’Est de la RDC et interpellent la MONUSCO de sa mission.

80 Vues

Sous l’initiative du collège provincial des étudiants de la province du Sud-Kivu, les étudiants manifestent dans les rues de la ville de Bukavu chef-lieu de la province du Sud-Kivu pour demander la paix et la sécurité dans toute la partie Est de la République, bastion des guerres et tueries répétitives depuis des décennies.

Dans une marche pacifique partie de la place de l’indépendance jusqu’au gouvernorat du Sud-Kivu, les manifestants ont déposé dans les mains du gouverneur de province leur mémorandum.

Selon le porte-parole provincial ad intérim cette manifestation consiste à compatir avec leurs camarades qui ne cessent de perdre leurs pères, mères, frères et sœurs à Béni au Nord-Kivu, de Minembwe, Uvira et Kalehe au Sud-Kivu. Il demande l’implication des toutes les autorités à tous les niveaux pour le rétablissement de la paix dans ces régions.

« Ce qui nous a motivé, c’est de compatir avec nos frères et sœurs victimes de l’insécurité et tueries au Nord et Sud-Kivu. Nous demandons à toutes les autorités tant locales, nationales et internationales de s’impliquer davantage. Nous avons besoin de la paix, nous ne voulons plus continuer dans les violences et des tueries », indique Akilimali Zaramba Michel, P3 a.i des étudiants au Sud-Kivu.

En ce qui concerne la MONUSCO, les étudiants disent donner une dernière chance à cette mission onusienne en RDC pour réaliser sa mission qui se résume en la stabilisation et au maintien de la paix, comme lui assigné par le conseil de sécurité ; dans le cas contraire, elle sera obligée de quitter de forces la RDC soulignent-t-ils.
La mission première de la MONUSCO c’est la stabilisation, mais nous voyons plutôt la déstabilisation dans la partie Est.

« Nous demandons que la MONUSCO fasse bien son travail. Ils ont déjà fait plus de 20 ans ici, mais la guerre bat toujours record. Si elle se retrouve incapable de réalisé sa mission, elle devra partir le plutôt que possible » martèle Michel Akilimali.

Le gouverneur de province qui a reçu leur mémo promet de le transmettre au président de la République. Théo Ngwabidje souligne que la sécurité étant parmi ses priorités, lui et son gouvernement se battent par tous les moyens pour que la paix et la sécurité reviennent, car ajoute-t-il, « il n’y a pas de développement sans la paix ».

Pascal D. Ngaboyeka

Laisser un commentaire