57 Vues

Les boissons fortement alcoolisées continuent d’être vendues dans la ville de Bukavu, ceci malgré la décision de l’autorité urbaine interdisant la production, la commercialisation et la consommation de ces boissons. Une situation qui s’observe au vu et au su des services de contrôle en province. Des organisations de la société civile dénoncent la défaillance des services de contrôle dans la vente des boissons fortement alcoolisées et ses conséquences sur les consommateurs à Bukavu.

Les boissons fortement alcoolisées sont toujours vendues dans plusieurs coins de la province du sud kivu particulièrement la ville de Bukavu, dans les trois communes : Ibanda, Kadutu et Bagira.

La commune de Bagira à elle seule compte plus de 287 maisons de vente de boisson fortement alcoolisées dans les 10 quartiers que compte cette commune. Dans les communes d’ibanda et Kadutu c’est également pareil .Ces boissons dont la plupart sont fabriquées à l’étranger et d’autres dans la province et qui sont vendues dans des kiosques et maisons d’habitation. 

Conséquences des boissons fortement alcoolisées

Certaines sources font savoir que des boissons sont produites et vendues en petits sachets des liqueurs, d’autres dans des petites bouteilles avec une forte dose d’alcool, sans s’imaginer les conséquences que cela peut avoir sur ses consommateurs.

Le cas le plus récent date d’il ya une semaine. Deux jeunes garçons ont succombés quelques minutes seulement après avoir consommé cette bière. La scène s’est passée dans deux quartiers de Kadutu, à savoir Cimpunda et Nyamugo d’après des témoins. Cette situation est également dénoncée par le coordonnateur de Bukavu Forces-vives pour la paix.

Les raisons de la persistance de vente des boissons fortement alcoolisées

Maitre Christian Wanduma, son coordonnateur estime que plusieurs raisons sont à la base de cette défaillance observée dans le chef des services de contrôle sensés mettre fin à cette pratique en province.

 Il cite notamment la faiblesse de ces services chargés de contrôle et de suivi, le trafic d’influence, l’insuffisance des effectifs de la police ainsi que le manque de la politique d’encadrement de la jeunesse.

« Nous dénonçons également la complicité des services de sécurité aux ports et frontières de la province dans l’importation de certaines boissons fortement alcoolisées. Je crois qu’il appartient aux responsables au niveau de nos frontières de bloquer l’entrée de ces boissons en province du sud kivu » s’indigne Christian Wanduma

Pistes de solution

Le commun du mortel pense que les autorités provinciales devraient veiller à la mise en application des  décisions qui ont été  prises par  l’autorité urbaine  ainsi que le commandant de la 33ème région militaire interdisant la vente de ces boissons dans le camps militaire afin de réduire sensiblement le taux de la production et la vente des boissons fortement alcoolisées dans la ville de Bukavu.

Colette Salima

Laisser un commentaire