Santé DRC

Kisangani : les infirmiers de l’HGR/ Makiso persistent dans la grève sèche, les portes fermées jusqu’au départ du médecin-chef.

314 Vues

L’hôpital général de référence de Makiso-Kisangani est en crise depuis près d’une semaine. Les agents de cette institution publique de santé ne jurent que par la démission de leur médecin directeur, le Docteur Mathieu Bafoa. Ce dernier est accusé par ses collaborateurs d’une mégestion de cet hôpital et de la maltraitance du personnel.

Cette semaine en cours, les agents grévistes sont passés à la vitesse supérieure et ont déclenché une grève sèche et illimitée après quelques jours des services minimums aux malades d’urgence sanitaire. “Nous n’allons pas lâcher, nous sommes en grève jusqu’à ce que nos revendications trouvent gain de cause. Le médecin directeur doit partir, nous ne sommes pas des monstres sans besoins pour respecter nos serments.” a expliqué une infirmière en sifflant.

Ce mercredi 14 août, cela fait 3 jours successifs sans portes ouvertes dans cet hôpital. Les infirmiers, les syndicalistes et d’autres prestataires de santé sifflent à longueur de journée pour exprimer leur ras-le-bol.

Contacté, le docteur Mathieu Bafoa rejette toutes ces accusations portées contre lui. Pour lui, il s’agit d’une manipulation pure et simple de ces agents car une réunion a été faite il y a près d’un mois entre les syndicalistes et la division de la santé pour palier à toutes ses préoccupations.

Notons que les nouveaux malades ne sont, en ces jours, pas les bienvenus dans ce grand hôpital public de Kisangani, chef-lieu de la Province de la Tshopo.

Serge Sindani