Uncategorized

Nord-Kivu : Goma célèbre la première guérison d’un cas positif d’Ebola

308 Vues

Le premier cas guéri d’Ebola est sortie du CTE (Centre de Traitement Ebola) Goma ce mardi 13 août. C’est après la cérémonie de déchargement d’Ebola de Madame Espérance Nabintu et de son fils Fataki Ebenezer, qui a connu la présence du gouverneur de province, du coordonnateur national de la riposte, des partenaires du ministère de la santé ainsi que d’une foule immense de la population de la ville touristique, à l’hôpital provincial du Nord-Kivu.

Sortie du CTE, Madame Nabintu témoigne que cette maladie est dangereuse mais guérie vite si la prise en charge médicale intervient en temps. Elle et son enfant ont été ensuite réinsérés dans la communauté après avoir reçu les brevets certifiant leur guérison et un kit de déchargement.

« On m’avait testé après le décès de mon mari dont le cas avait été déclaré positif. Mon fils et moi, avions été aussi contaminés par cette maladie qui a emporté mon mari venu de l’Iutri.Parmi les effets de cette maladie, il y a la lourdeur de langue et je ne parvenais plus à avaler de la salive. D’abord avant, mon époux a été bien soigné par les équipes de la riposte en dépit de sa mort. Nous aussi nous avons été bien accueillis au CTE et, on nous a supportés en tout. Maintenant, mon enfant et moi, nous nous portons en merveille. Je suis vraiment contente et je décourage les gens qui pensent que les CTE sont des mouroirs. Même chose pour ceux croient qu’Ebola n’existe pas, que c’est une machination. Ebola existe bel et bien. L’important est de se rendre très tôt au CTE car il guéri vite », a-t-elle témoigné, sourire aux lèvres.

Avec ces guéris d’Ebola, Goma n’a plus des cas dans son CTE, a révélé de son côté le coordonnateur national de la riposte. Toutefois, Docteur Jean-Jacques Muyembe Tamfum indique qu’il y a environ 200 contacts à haut risque qui sont sous surveillance mais qui se portent bien. Cet épidémiologiste ajoute que la surveillance sera encore plus rude dans tous les points d’entrées de la ville volcanique pour qu’elle n’enregistre plus des nouveaux cas.                                              Cette cérémonie s’est clôturée par une caravane motorisée de sensibilisation sur la riposte contre cette épidémie et a chuté au domicile de Madame Espérance Nabintu pour sa réinsertion dans la communauté.

Dalmond Ndungo