À la Une santé Santé DRC Société Société DRC

Ebola : Sit-in des relais communautaires engagés dans la riposte contre Ebola au bureau de l’OMS pour réclamer trois mois de leur prime.

365 Vues

Ils ont pris d’assaut tôt le matin le matin de ce vendredi 05 mars le bureau de l’organisation mondiale la santé, OMS les réalise communautaires œuvrant dans la lutte contre la maladie à virus Ebola dans trois zones de santés du Nord-Kivu. Il s’agit de zones de santé de Nyiragongo (territoire de Nyiragongo), de Goma et de Karisimbi en ville de Goma. Ces manifestants estimés environ à 1500 réclament trois mois impayés de prime.

Les relais communautaires de ces trois zones disent fatiguer de travailler de travailler depuis janvier de l’année en cours sans toucher aucun sou comme convenu avec l’Organisation Mondiale de la Santé, OMS qui leur avait promis donné 10 dollars par jour. « Nous sommes ici 1650 relais communautaires répartis dans 3 zones de santés dont Nyiragongo, Goma et Karisimbi. Nous travaillons matin, midi et soir dans la lutte contre la maladie à virus Ebola et cela depuis le mois de janvier. L’’OMS nous a promis chaque fois nous donner 10 dollars par jour. Mais en aucun jour ou mieux aucun mois, cette organisation n’a honoré sa parole. Nous sommes fatiguer et nous n’allons plus travailler jusqu’à ce que nous soyons remis dans nos droits. Si cette maladie va continuer à décimer beaucoup de personnes, tant pis. Nous promettons poursuivre des sit-in continuels pour que ces gens nous paient chacun donc 900 dollars qui équivaut à ces mois en raison de 10 dollars le jour », a confié Meschack Mazenod MIGABO, superviseur de ces relais communautaires.

Mais le coordonnateur de la sous coordination de riposte de Goma parle d’une mauvaise communication et de manque de dialogue. « Ces relais commentaires ont travaillé depuis janvier mais se sont trompés de cible. Ils devraient s’adresser au bureau de coordination de la riposte car c’est nous qui leur devons 3 mois. Pour leur paie, nous étions en négociation avec le partenaire qui devait les payer d’une part et d’autre part, il fallait harmoniser le barème de paiement. Nous avons parlé à la hiérarchie à Kinshasa et nous sommes tombés d’accord sur 50 dollars par mois par relais communautaire. C’est donc toute cette négociation qui a pris de temps. Il faut dire aussi qu’il y a déjà les partenaires qui se sont déjà prononcés pour pouvoir payer les relais communautaires. Nous avons renvoyé par ailleurs, des listes aux chefs des zones de santé parce qu’il y avait quelques informations manquantes par apport à ces relais communautaires dont les numéros de téléphones, les adresses, maintenant que ces médecins nous ont déjà remis ces listes bien complètes, ces relais communautaires vont être payés incessamment. Par contre, il faut dire qu’il y a eu problème de communication et de dialogue parce qu’ils étaient d’accord et même écrit pour le paiement de 50 par mois mais maintenant il y a ceux qui disent que, eux n’étaient pas d’accord pour la somme de 50 dollars et que c’est la société civile qui avait décidé à leur place, ils disent n’est plus se reconnaitre à cette société civile. Nous leur avons parlé aujourd’hui et nous sommes en négociation avec eux pour harmoniser et nous allons les payer sans problème », a réagi Docteur Gaston Chakuenda, responsable de la sous coordination de la riposte de Goma.

Par ailleurs, une source proche de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a révélé que l’argent réservé à la paie de ces relais communautaires a déjà été débloqué par cette agence onusienne mais le problème reste au niveau de ceux qui sont commis à les payer.

Dalmond Ndungo