127 Vues

Le Séminaire multidisciplinaire et interinstitutionnel de renforcement des capacités des animateurs des institutions provinciales s’est clôturé samedi 19 octobre à Kisangani dans la province de la Tshopo, ceci après six jours des travaux dirigés par le ministre d’Etat, ministre de la Décentralisation et Réformes Institutionnelles, Azarias Ruberwa Manywa.

Près de 160 participants essentiellement des députés, des Gouverneurs et des ministres provinciaux de Tshopo, Ituri, Haut et Bas-Uélé ont prit part à cette première étape de ces assises lancées à Kisangani.

Organisé par le Ministère de la décentralisation et réformes institutionnelles avec l’appui technique et financier du PNUD en collaboration avec ONU-FEMMES et le Bureau des Nations Unies pour les Droits de l’Homme (BCNUH), ces assises se sont fixer comme objectif de contribuer au renforcement des capacités des Ministres et députés provinciaux sur leurs rôles et responsabilités afin d’assurer le bon fonctionnement de leurs institutions respectives afin d’impulser le développement économique local et social des provinces.

A l’issue de ces travaux de 6 jours, les animateurs des institutions provinciales sont sortis avec plusieurs notions notamment:

-Mieux cerner leurs rôles et responsabilités dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme de la décentralisation ;

-Faire comprendre et convaincre de l’opportunité de prendre en compte dans les programmes de développement de la province les aspects sociaux pouvant concourir à l’atteinte des objectifs du développement durable pour ainsi booster le développement de leurs provinces respectives;

-Elaborer les édits et mener le plaidoyer en faveur de ces différents aspects sociaux à prendre en charge dans les politiques de développement de la province ;

-Prendre en compte les besoins des femmes et des hommes lors d’élaboration et vote des budgets, programmes de développement afin de ne laisser personne de côté;

-Comprendre les subtilités et l’importance du contrôle parlementaire pour le suivi et l’exécution des politiques publiques et des budgets
adoptés ;

-Etablir un cadre de dialogue permanent interinstitutionnel ;

-Identifier les besoins spécifiques en renforcement des capacités et élaborer un plan opérationnel ;

-Connaitre les mandats des partenaires multi et bilatéraux afin d’envisager les voies et moyens favorables pour solliciter leurs appuis dans la mise en œuvre de la politique et des programmes de développement de la province.

Trois grandes zones ont été constituées : zone Est, zone Ouest et la zone centre sud.
Les nouvelles provinces issues du découpage ont été priorisées du fait qu’elles peinent à asseoir leurs institutions.
Ainsi pour le Pool 1, la Tshopo a reçu les provinces issues de l’ancienne Province Orientale à savoir Ituri, Haut et Bas-Uélé.

Notons que toutes les 26 provinces seront bénéficiaires de ce vaste programme de renforcement des capacités pour assurer la promotion du développement
local.

Serge Sindani