263 Vues

La rentrée parlementaire à l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu intervient ce Lundi 30 septembre 2019, c’est après l’investiture du Gouvernement provincial lors de la session extraordinaire. Un député provincial élu du territoire de Walikale annonce initier une question écrite avec débat adressée au Ministre provincial des mines au Nord-Kivu pour qu’il vienne éclairer sur certaines questions liées à la société minière Alphamin Bisie Mining à Walikale. Selon ce parlementaire, cette question écrite avec débat sera adressée au ministre ayant en sa charge les mines au Nord-Kivu.

 “Nous voulons amener l’entreprise Alphamin Bisie Mining à dialoguer, nous voulons l’amener à respecter la législation minière congolaise, elle doit respecter le peuple congolais et travailler réellement pour l’intérêt du pays et de Walikale en particulier “, a annoncé Hon. Prince Kihangi. Celui-ci dit que les activités de cette entreprise ne doivent pas frustrer les gens pour les amener à la violence. Ma question sera adressée au Ministre de mines David Kamuha pour qu’il vienne nous donner assez d’éclaircissement par rapport à la question Alphamin, parce-que jamais depuis que cette société existe, depuis qu’il y a tous ces conflits, la question n’a jamais été traitée au niveau de l’Assemblée provinciale, cette fois-ci on va devoir la traiter, dit-il. ” Le Ministre devra nous dire comment   Alphamin est devenue propriétaire de ce permis d’exploitation minière, parce-que le titre que je possède c’est un titre octroyé à la société MPC, Mining and processing Congo. Le titre minier numéro 13/155, c’est ici où le ministre doit nous prouver à quand est intervenue la mutation, comment on a quitté MPC vers Alphamin Bisie Mining, il doit nous monter ces documents qui font de Alphamin propriétaire de ce permis d’exploitation” nous a fait savoir ce parlementaire provincial.

Prince Kihangi ajoute également que le Ministre devra expliquer et confirmer devant les députés que lorsqu’il y a mutation, elle ne porte pas uniquement sur l’actif mais elle doit aussi porter sur le passif. Selon lui, si Alphamin a hérité de MPC tous les titres, tout le personnel, Alphamin devra aussi reconnaître qu’il a hérité tous les protocoles signés par MPC vis-à-vis des communautés et tous les engagements pris par MPC à son temps reviennent aujourd’hui à la société minière Alphamin.    “C’est dans tout ça que le ministre des mines devra nous donner des précisions, au fait c’est une invitation à ce stade. Ça pourrait se muer en interpellation au cas où ça ne marcherait pas par cette invitation, ce qui peut arriver même à une motion si par exemple le ministre ne répondait pas à cette invitation, et si cela persiste ça peut aller jusqu’au réaménagement du gouvernement provincial du Nord-Kivu mais je ne le souhaite pas. Nous voulons simplement que les Ministres provinciaux puissent travailler pour l’intérêt de la province” nous a-t-il révélé.

À lui de poursuivre que le Ministre des mines, David Kamuha Musubao devra expliquer également si la société MPC en son temps avait élaboré une étude impact environnemental et social, laquelle étude servirait à Alphamin aujourd’hui à comment gérer l’environnement, comment gérer les communautés riveraines ou environnantes. Dans les prévisions légales , dit-il , c’est bien dit qu’on ne peut jamais octroyer un permis d’exploitation à une personne physique ou morale aussi longtemps que celle-ci n’aura pas élaboré une étude impact environnemental et social et c’est dans cette étude que seraient prévues des mesures de délocalisation s’il y aurait besoin.  ” Si déjà au début, en amont l’entreprise avait élaboré l’étude impact environnement et social, il ne se poserait pas ce problème en fin 2017. Lorsque l’entreprise a procédé au déguerpissement, et tout ça c’est parce qu’il n’y avait pas cette étude faite. Le Ministre va devoir nous présenter cette étude environnementale et sociale, nous dire ce qui est prévu par rapport à l’indemnisation et la compassassions des populations s’il faut les délocaliser et même des creuseur parce-que si cette étude là, il n’y aurait pas déguerpissement et arrestation de certains creuseurs artisanaux, et donc plus de précisions dont on a besoin, le Ministre devra être à mesure de nous les donner ” a t-il chuté.

David Lupemba.