558 Vues

La députée Nationale élue du territoire de Lubero, Kavira Mapera brise le silence et se prononce sur le dialogue tenu à Beni. Selon elle, les dialogues au Nord-Kivu, la population en a déjà eu eu tant mais qui à la fin sont toujours des dialogues de sourds qui ne répondent pas aux attentes et préoccupations des Nord-Kivuciens.

Une délégation du Gouvernement provincial du Nord-Kivu composée de 5 ministres a été dépêchée à Beni par le Gouverneur Kasivita pour participer à un dialogue social 24 au 26 septembre 2019, où des couches sociales ont été consultées sur la problématique de l’insécurité.

Honorable Mapera Mapera est d’avis que le temps des multidialogues est révolu au Nord-Kivu. “Les gens vont dans ces dialogues c’est pour de l’argent , c’est de l’hypocrisie qu’ils font, je crois que nous devons surpasser le niveau de multidialogues” a t-elle déclaré.

Cette élue de Lubero dit qu’il est temps que chacun prenne l’engagement individuel pour dire non aux anti valeurs, aux groupes armés et à toutes les formes de violence au Nord-Kivu. Pour elle, ce dialogue tenu à Beni est un non événement, elle pense plutôt qu’il est important de prendre conscience à chaque niveau pour pacifier la province du Nord-Kivu. Dans sa déclaration, elle est favorable à la cohabitation pacifique entre différentes communautés afin d’arriver à pacifier le Nord-Kivu en général et les régions de Beni et Lubero en particulier. “Tout enfant du Nord-Kivu doit prendre un engagement, il doit se dire assez, nous devons nous développer ensemble pour l’intérêt général de la province, les dialogues n’ont jamais répondu à nos problèmes, pensons à autres choses, essayons d’autres moyens” a t-elle insisté.

Pour rappel, la députée Nationale élue de Lubero, kavira Mapera avait encore alerté lors d’une sortie médiatique sur les militaires qui se livrent au business et à la commercialisation des bois à Beni, elle avait sollicité l’implication du chef d’État major des forces armées de la République Démocratique du Congo pour mettre fin à ce désordre.

David Lupemba