166 Vues

“La liberté d’expression n’est pas garantie en Province de l’ituri, il ya actuellement des stratégies qui sont mises en œuvre pour faire taire où neutraliser tout celui qui veut lever la voix en donnant une opinion contraire ou en dénonçant un quelconque mal dans cette province“, indique Sadiki Aboubacar président de L’UNPC section de l’ituri à vision de midi.

C’est qui est regrettable, c’est de voir que la presse iturienne est mise dans le collimateur des ennemis de la démocratie, ils veulent nous faire taire mais nous n’allons pas céder précise-t-il. A titre illustratif L’UNPC ituri dénonce la suspension du journaliste Abdoul LAZO de la RTNC par son responsable provincial intérimaire pour une durée indéterminée. Il lui est reproché de s’être attaqué au gouverneur de Province dans une analyse publiée sur les réseaux asociaux, alors que l’analyse de ce journaliste avait un caractère impersonnel et n’avait désigné personne dans son post.

Dans la même optique les journalistes Richard Pituwa, Nicolas Synthé, Placide Urcircan et Paprino Tchombé respectivement de la radio Canale Révélation et monts bleus, ont été tour à tour interrogés au parquet général depuis lundi 2 septembre en cours, ces animateurs des émissions débats sur ces deux chaînes des radios sont entendus à propos des émissions qu’ils ont animées principalement sur l’affaire 12 lingots d’or vendus par la Province. L’UNPC ituri pense qu’il s’agit là d’une manœuvre tendant à muselé la presse iturienne.

Pendant ce temps monsieur Olivier Peke Kalyaki, chef de la chefferie des Walendu Bindi, interdit à travers une lettre au journaliste Aristote Kandadu, d’exercer sur toute l’étendue de son entité ,ce que l’UNPC qualifie d’une aberration venue  d’un potentat. Cette corporation des journalistes dénonce tous ces actes qui tendent à enterrer la liberté d’expression en Ituri alors que cela est garanti par la constitution du pays. L’UNPC demande au chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi et aux ONG des défenses de droit de l’homme de tourner leur regard dans cette province avant que le pire n’arrive.

“Nous rappelons tous les journalistes de l’ituri à la prudence et à faire preuve du professionnalisme en respectant le code et d’éthique du journaliste congolais dans l’exercice de leur métier et à se conformer aux normes vis à vis de L’UNPC”, a martelé Sadiki Aboubacar.

Charlie Omba Lohahe.

Laisser un commentaire