À la Une Santé DRC Société DRC

Butembo – Ebola : Quand la population craint les déchets de l’enterrement digne et sécurisé

261 Vues

Les riverains du cimetière de Kitatumba, habitants du côté de la cellule Kathovovo au Quartier Congo Ya Sika en commune de Vulamba, craignent pour leur sécurité sanitaire car rapprochés des tombes dont celles des personnes mortes d’Ebola. Ces habitants déplorent également l’abandon en ciel ouvert au cimetière, des gans utilisés pendant les enterrements.

Les riverains du cimetière de Kitatumba proches des tombes des victimes d’Ebola, craignent une éventuelle contamination. Pendant lapluie, les eaux de ruissellement emportent toute la saleté du cimetière jusque dans leurs parcelles, s’inquiètent ces habitants de la cellule Kathovovo au Quartier Congo ya Sika. Ils déplorent également l’abandon des gans utilisés en plein air sur les tombes par les équipes chargées des Enterrements Dignes et Sécurisés, EDS, et la profanation des anciens tombeaux par les fossoyeurs, en exhumant les ossements. Et tous ces déchets sont déversés dans leurs parcelles par les eaux de pluie regrettent ces habitants de la cellule Kathovovo, Quartier Congo ya Sika.

« Les eaux venant du cimetière coulent jusque dans les parcelles. Et on est en train de creuser des tombes récentes. On laisse les os, les cheveux en plein air. Alors nous qui avons des enfants qui apprennent à marcher, ils mettent dans la bouche tout ce qu’ils trouvent. Les gants qu’on a utilisé on les laisse là-bas. Et ces gants s’envolent jusqu’ici. Alors qu’ils achètent nos parcelles et les annexer au cimetière et qu’ils nous amènent ailleurs »

Il sied de souligner que la dernière maison proche de ce cimetière est battue à environ 5 mètres des sépulcres des personnes mortes d’Ebola. Et les morts continuent à s’enregistrer. Contacté à ce sujet, Joseph Makundi président de la sous-commission chargée des EDS au sein du programme de riposte contre Ebola rassure. Les riverains du cimetière de Kitatumba ne doivent rien craindre, car ils ne sont exposés à aucun risque de contamination d’Ebola. Les corps sont sécurisés avant l’enterrement mentionne Joseph Makundi.

« Aucun liquide ne peut passer du sac mortuaire pour arriver à l’extérieur pour dire qu’il y aura infiltration des liquides des corps contaminés. Le cercueil, le corps et encore le sac mortuaire sont décontaminés avant qu’on aille au cimetière. La population doit se rassurer qu’il n’y aura aucune contamination quant à ce. Par rapport aux gants, que ça se retrouve au cimetière, c’est vrai les gants ont un danger ; mais à quel moment on a laissé les gants ? C’est quand il y a des résistances de la population, les proches du défunt qui estiment qu’ils vont enterrer eux-mêmes. Et nous leur donnons tous les matériels à utiliser pendant l’enterrement et nous leur disons là où ils vont mettre les tenues d’enterrement une fois terminé. Mais comme ils ne sont pas formés, ils les jettent ».

C’est ainsi que Joseph Makundi invite la population à cesser avec la résistance et laisser aux équipes formées se charger des enterrements dignes et sécurisés des cas positifs d’Ebola.

Florida Kahambu