Santé DRC

RD Congo : Le virus Ebola se propage plus rapidement et beaucoup de personnes ne recherchent plus de soins, selon la FICR

198 Vues

La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge estime que l’épidémie d’Ebola meurtrière en République démocratique du Congo s’aggrave.

Cet avertissement fait suite à la confirmation de 18 nouveaux cas d’Ebola mardi (9 avril) – le chiffre le plus élevé en une journée dans la flambée qui sévit depuis huit mois. Le ministère de la Santé de la RDC a également annoncé que 10 personnes décédées du virus Ebola sont décédées mardi, dont huit sont décédées dans leurs communautés sans avoir demandé un traitement ou un soutien.

«C’est une évolution très pénible», a déclaré Emanuele Capobianco, directeur de la santé et des soins de la FICR. «L’essentiel, c’est que le virus Ebola se propage maintenant plus vite et que de nombreuses personnes ne recherchent plus de soins. Il est clair que certaines communautés vulnérables ne font pas confiance aux intervenants à Ebola. »

Redoubler d’efforts pour s’engager avec ces communautés est essentiel, selon Capobianco.

«La confiance peut être construite en allant de communauté en communauté, en travaillant avec les dirigeants locaux et les villageois, en écoutant leurs préoccupations d’empathie et en intégrant leurs commentaires et leurs préférences à notre façon de travailler», a-t-il déclaré.

Un engagement communautaire approfondi est au cœur des opérations de la Croix-Rouge dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, dans l’est de la RDC, où travaillent plus de 700 volontaires de la Croix-Rouge issus de communautés touchées par le virus Ebola. Ils ont fourni à plus d’un million de personnes des informations adaptées à la situation locale et ont recueilli plus de 130 000 «réactions» aux commentaires de la communauté.

«Nos recherches et notre expérience montrent que, lorsqu’un engagement communautaire approfondi a lieu, l’acceptation de l’aide extérieure s’améliore considérablement», a déclaré Capobianco.

Par exemple, la mobilisation et l’engagement intenses des communautés dans et autour de la ville de Butembo ont eu un impact direct et significatif sur la volonté des communautés d’accueillir et, dans certains cas, de demander aux équipes de la Croix-Rouge d’enterrer leur dignité et leur dignité. L’enterrement sans risque des personnes décédées d’Ebola est une intervention essentielle dans la prévention de la propagation de la maladie, car les cadavres sont particulièrement contagieux.

Les efforts de la Croix-Rouge et des autres intervenants sont également entravés par un déficit de financement considérable. Le mois dernier, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge – la FICR et le Comité international de la Croix-Rouge – ont lancé un appel d’urgence révisé d’un montant de 31,5 millions de francs suisses pour soutenir les activités de riposte en RDC ainsi que les activités de préparation dans les pays voisins. Jusqu’à présent, seuls 11,1 millions de francs suisses ont été reçus.

Djaffar Al Katanty