894 Vues

En début de cet après-midi à Goma, un avion de la mission onusienne d’observation pour la stabilité de la RDC, est atterri avec à son bord 67 éléments du mouvement M23 qui étaient en Ouganda depuis la fin de cette rébellion en Novembre 2013.

Depuis la dissolution du M23, et la signature de l’accord cadre de Nairobi par la rébellion et le gouvernement congolais, c’est la troisième fois qu’un groupe des combattants retourne en RDC, suite à un mécanisme institué à Brazzaville en octobre 2017 par les présidents des états membres de la CIRGL. Ce rapatriement volontaire des combattants n’est pas apprécier moins encore reconnu par le directoire du M23 qui trouve que c’est contraire aux dispositions prévues dans la déclaration de Nairobi.

« En effet, tout rapatriement doit se faire conformément aux mesures transitoires de sécurité prévues dans les déclarations de Nairobi. La méthode utilisée par l’équipe des Forces Armées de la RDC et certains membres du Mécanisme nationale de suivi de l’accord de Nairobi est non seulement contraire aux déclarations mais aussi contre les mesures garantissant les droits de ces combattants. Il sied de clarifier que tout rapatriement fait de cette façon met en péril le processus de paix issu des déclarations de Nairobi. » Lance Élie Mutela, directeur de cabinet et porte-parole de Bertrand Bisimwa, président du M23.

Bien que le Mouvement du 23 Mars soit contre ce rapatriement, les combattants rapatriés, eux, en sont très contents et remercient le gouvernement de la RDC. « Nous remercions le président et le gouvernement entier pour nous avoir envoyé des sensibilisateurs pour que nous tous des ex-M23 puissions rentrer dans notre pays. C’est pourquoi vous voyez tout ce monde ici. Il y a parmi nous d’officiers, des commandants et des soldats. » S’est réjoui le Major John Karashira qui a aussitôt émis son vœu de réintégrer les FARDC. Il a en outre confirmé que c’est rapatriement était volontaire, et que cette vague est la 3ème, plusieurs autres combattants restent encore cantonnés en Ouganda.

John Karashira a fait savoir que ce qui lui a motivé de retourner au pays est qu’il a vu que ceux qui étaient rentrés avant lui ont réintégré l’armée après des bonnes formations. Il a profité de cette occasion pour lancer un appel aux autres combattants qui sont encore à l’étranger pour retourner en RDC.

Pour le M23 qui ne reconnait même pas le nombre de ces combattants rapatriés, ce retour au pays est une pièce montée par l’armée. « Quant au nombre de combattants rapatriés, n’ayant pas associé dans cette activité, le M23 ignore jusque-là combien des personnes sont parties, car il faut signaler aussi que les Forces Armées de la RDC ont procédé à des recrutements des personnes non connues par notre organisation. Et selon les renseignements recoupés il s’agirait aussi des ex FDLR, ex Maï-Maï recrutés dans divers camps des réfugiés. » A conclu Élie Mutela.

Cependant le gouvernement et l’armée congolais appellent d’autres combattants à suivre l’exemple des leurs compagnons en retournant volontairement dans leur pays. « Nous mettons quiconque en défit que ces ex-M23 qui rentrent l’ont été par la force, non. Ils l’ont été de manière volontaire et ont répondu à l’appel du Chef de l’Etat qui prône la réconciliation nationale et le retour au pays de tous ces filles et fils pour le reconstruire » dit Patrick Mutombo Kambila, conseil au mécanisme national de suivi de l’accord cadre.

Djaffar Al Katanty