701 Vues

« Je n’ai aucune idée sur ces mesures, j’en ai pas des commentaires et je rejette les allégations de corruptions » dit Corneille Nangaa président de CENI à notre rédaction.

Dans un communiqué rendu publique ce vendredi, le secrétariat d’Etat américain a désigné publiquement M. Corneille Nangaa, Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de la République démocratique du Congo ; M. Norbert Basengezi Katintima, vice-président de la CENI; M. Marcellin Mukolo Basengezi, conseiller du président de la CENI; M. Aubin Minaku Ndjalandjoko, président de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo; et M. Benoit Lwamba Bindu, président de la Cour constitutionnelle de la RDC ; comme des personnes ayant était dans l’implication d’une corruption importante liée au processus électoral.

« Les États-Unis soutiennent le peuple de la République démocratique du Congo (CDR) à la suite du transfert historique du pouvoir de ce pays. Les élections reflètent le désir du peuple du parti D.R.C. pour le changement et les institutions gouvernementales responsables. Cependant, la conduite et la transparence du processus électoral suscitent des préoccupations légitimes » interpelle le communiqué.

Cette désignation publique est faite en vertu de la Section 7031 (c) de la Loi de 2019 portant affectation de crédits du Département d’État, Opérations étrangères et programmes connexes qui prévoit que, dans les cas où le Secrétaire d’État dispose d’informations crédibles indiquant que des fonctionnaires de gouvernements étrangers ont été impliqués dans une corruption grave ou une violation flagrante des droits de l’homme, ces personnes et les membres de leur famille immédiate ne peuvent entrer dans les. États Unis.

Le secrétariat d’État américain a imposé également des restrictions de visas aux fonctionnaires électoraux, ainsi qu’aux responsables militaires et gouvernementaux soupçonnés d’être responsables, complices ou auteurs de violations des droits de l’homme, d’atteintes ou de saper le processus démocratique dans la République démocratique du Congo.

Cette sanction vient après que le gouvernement américain a reconnu le président proclamé vainqueur des élections et investi par les précités. Les USA douteraient-ils du résultat des élections ?

Delphin Mupanda