204 Vues

Martin Fayulu, en séjour à Goma, depuis hier 18 février 2019 ne cesse de parler des élections et de la vérité des urnes comme partout où il a déjà été dans sa tournée ; la dénommée, tournée de vérité des urnes.

« Nous allons épuiser et recourir à toutes les voies possibles. La première voie c’est le peuple congolais qui ne reconnait pas la nomination de monsieur Antoine Félix Tshisekedi Tshilombo, et c’est très clair. C’est la raison pour laquelle nous avons engagé la résistance citoyenne d’une manière pacifique, et vous le voyez, aujourd’hui la résistance est là » a-t-il indiqué aux journalistes présents à cette conférence de presse improvisée ce mardi 19 février 2019 avant son voyage pour Bukavu.

Pour Martin Fayulu, l’actuel président de la république n’est ni le choix du peuple ni la vérité des urnes, c’est une fabrication de l’ancien président Kabila et de la CENI. C’est ce qui fait sa motivation de faire cette tournée lancée le 02 février 2019 à la place Sainte Thérèse de Kinshasa pour appeler le peuple à ne pas reconnaitre le président proclamé vainqueur par la CENI et investi par la cour constitutionnelle.

Bien que les présidents africains ont fini par reconnaitre le nouveau président de la RDC, monsieur Félix Tshisekedi ; le commandant du peuple ne voit pas en cela une quelconque légitimité à l’actuel Chef d’Etat congolais, et malgré la confiance lui vouée par ses pairs en le désignant 2ème vice-président de l’union africaine.

Il compte malgré tout sur son recours introduit à l’instrument judiciaire de l’UA, ce qui est d’ailleurs sa deuxième voie recours. « La 2ème voie est celle des recours aux instances internationales, nous avons commencé par la cour africaine des Droits de l’homme et des peuples à travers l’union africaine. Nous allons aller plus loin, il y a aussi le conseil de droits de l’homme de nations unies qui siège à Genève. Nous allons continuer parce que la légalité qui est là aujourd’hui n’est pas la légitimité. Nous allons continuer parce que la légitimité n’est pas donnée par l’union africaine, la légitimité est donnée par le peuple congolais comme le dit très claire ment l’article 5 de notre constitution ».

Martin Fayulu garde la tête haute devant les différentes personnalités venues à sa rencontre et affirme qu’il ne baissera pas les bras. Il luttera jusqu’au bout pour cette vérité des urnes.

Djaffar Al Katanty